Les principes de la pédagogie Montessori sont:

L’action périphérique

Selon Maria Montessori, il est plus profitable d’agir sur son environnement plutôt que sur l’enfant lui-même. En pratique, il s’agit par exemple de parler moins fort pour l’inciter à en faire autant, plutôt que de lui ordonner de le faire, ou bien de mettre à sa portée un meuble à chaussures et à chaussons, plutôt que de lui demander d’aller les ranger ou d'aller les chercher dans un placard.

La liberté de choix de l’activité
C’est une notion fondamentale de la pédagogie Montessori. En classe, les enfants sont libres de choisir l’activité qu’ils souhaitent faire parmi celles qui leur sont proposées, à la seule condition d’avoir déjà « vu » cette activité avec l’éducateur(trice), et peuvent y passer le temps qu’ils veulent. Ils ont aussi le droit de parler (à voix basse) et de se déplacer comme ils l’entendent dans la classe, tant que l’ambiance de travail est respectée.

L’autodiscipline
Elle va de pair avec la notion de liberté et s’applique tout autant pour l’attitude que pour les corrections. Plutôt que d’attendre passivement les corrections d’un tiers, l’enfant est invité à repérer lui-même ses erreurs. En outre, selon la pédagogie Montessori, il ne s’agit pas d’avoir « juste » ou « faux » mais plutôt de se perfectionner dans l’activité. L'enfant apprend grâce à ses erreurs. Le matériel de travail doit donner la possibilité a l'enfant d'effectuer des auto-corrections.

Le respect du rythme de chacun

Peu importe que l’enfant soit rapide ou lent, tant qu’il est concentré, c'est ce qui compte. La pédagogie Montessori respecte le rythme de chaque enfant, et recommande de ne pas mettre d’étiquettes aux enfants, au risque de l’enfermer dans des qualificatifs. Et Maria Montessori ajoute que le rythme de chacun peut varier en fonction des moments de la journée, de l’activité, des différentes périodes de son développement, et que les apprentissages des enfants se font par à-coups.

L’apprentissage par l’expérience
L’abstraction ne se transmet pas. Tel est le postulat à partir duquel se base la réflexion de Maria Montessori. Pour s’approprier les concepts, l’enfant doit manipuler, de façon tangible et concrète, avec ses cinq sens. Là encore, cela passe par l’utilisation de matériel adapté. Il s’agit par exemple, pour expérimenter l’unité, la dizaine, la centaine,  d’utiliser des perles par exemple. Les enfants peuvent les soupeser, les comparer, et juger par la vue et le toucher, leurs différences ou leurs proportionnalités.

L’activité individuelle
Si quelques activités sont présentées en petits groupes, la plupart se font plutôt de façon individuelle, afin que les enfants s’approprient les concepts de façon personnelle.

L’éducation, former les citoyens du monde de demain
Selon Maria Montessori, l’enfant est potentiellement bon, et il suffit de le respecter pour qu’il le reste. Le respecter, c’est l’inviter à respecter les autres, et donc, le préparer à une vie sociale harmonieuse. Le but de l’éducation montessorienne est d’aider l’enfant à acquérir une discipline intérieure.

Communication Non-Violente & Résolution pacifiste des conflits:

L’éducation à la non-violence est une priorité. Elle découle de la nécessité d’éduquer au "mieux vivre ensemble". Apprendre aux élèves à s’écouter, se parler, à se respecter, à réguler positivement leurs conflits par la parole et la médiation va de pair avec l’apprentissage d’aptitudes telles que l’autonomie, l’esprit critique, la responsabilité, la coopération et la créativité. Cette éducation relationnelle permet aux élèves futurs citoyens d’apprendre le "débat démocratique", à s’affirmer sans agresser l’autre, à apprendre à user de sa liberté sans se détruire ni détruire celle de ses camarades. Le "Bien Commun" et le dialogue doivent prévaloir, dans le respect des particularités et des faiblesses de chacun.

Par tél :06 41 95 76 38

contact@montessorivincennes.com

166, rue Diderot 94300 Vincennes