Violon par la pédagogie Suzuki

La Pédagogie Suzuki permet aux jeunes enfants, dès l'âge de 3 ans, d'acquérir une grande habileté avec l'instrument. Elle est fondée sur le principe de l'apprentissage de la langue maternelle, c'est-à-dire sur l'écoute quotidienne des sons et de la musique. Elle a été créée au Japon par le Pr. Shinichi Suzuki, violoniste, pédagogue et philosophe.

Pendant un long voyage d’études en Allemagne à la fin des années 20, il étudie le violon avec Karl Klingler alors professeur au conservatoire de Berlin, et se lie d’amitié avec Albert Einstein dont la personnalité l’influence profondément.

Confronté aux difficultés de l’apprentissage d’une langue étrangère, il s’interroge beaucoup sur les mécanismes d’apprentissage de la langue maternelle et leur parallélisme avec l’étude d’un instrument.

Fasciné par la facilité avec laquelle les enfants apprennent leur langue, il se met à approfondir les raisons et les conditions qui leur permettent une telle aisance, et se pose la question suivante : « Si ce système marche si bien pour notre propre langue pourquoi ne pas l’appliquer à d’autres domaines comme la musique ou les mathématiques ? »

La méthode Suzuki prône le développement personnel à travers la pratique précoce de la musique (cordes et piano).
L'intuition du professeur Suzuki est que le talent n'est rien d'autre que le développement des capacités déjà présentes chez l'enfant. 
Dès lors, son épanouissement n'est possible que si l'on encourage et développe ces capacités innées en respectant la vitesse de progression de chacun.Ce qui est très intéressant dans cette approche de la découverte de la musique c'est que l'enfant est tout de suite en contact avec l'instrument.
C'est une approche très sensorielle de la musique qui a certains points communs avec la pensée de Maria Montessori.
Shinichi Suzuki, violoniste japonais, est parti de l'observation du jeune enfant. 
Il pensait notamment que l'apprentissage de la musique pouvait être aussi facile pour un petit enfant que celui de l'apprentissage de sa langue maternelle. 
Cette méthode part du plaisir inné qu'a l'enfant à l'égard de la musique. On développe chez lui l'écoute et la reproduction de rythmes, tout en l'aidant à utiliser au mieux l'instrument.

Comme dans les écoles Montessori, l'adulte est très à l'écoute de l'enfant. 
Celui-ci reproduit le geste de l'adulte selon ses propres capacités, on lui fournit le meilleur environnement musical, afin de répondre à sa soif d'apprendre.
Chaque enfant apprend à son propre rythme, grâce à des adultes (le professeur et un des parents toujours présent) qui savent s'adapter à ses besoins.
Ces deux pédagogies accordent une grande importance au grand besoin de répétitions du petit enfant.

La pédagogie Suzuki s’est développée en un mouvement international qui a contribué à l’évolution des théories sur l’éducation des enfants. Le Dr. Suzuki de par son dévouement et son humilité, inspira un nouvel élan pédagogique qui de l’Australie aux États-Unis, de l’Afrique du Sud à la Scandinavie, est enseigné aujourd’hui à près d’un million d’enfants. Il n’eut de cesse de partager cette pédagogie jusqu’à son dernier souffle de vie en janvier 1998.

Cette méthode est non seulement pédagogique, mais aussi philosophique. Elle est fondée sur le respect de l’enfant en tant qu’individu et sur la conception que l’habileté s’apprend, se développe et surtout ne s’hérite pas. Suzuki appelle sa méthode « éducation du talent », parce qu’il croit que le talent n’est rien d’autre que le développement des capacités présentes en chaque enfant. Les travaux menés par Shinichi Suzuki ont prouvé que le niveau moyen de capacité de tout individu est bien plus élevé qu’on ne le croit communément. Lors de grands concerts, si la Méthode Suzuki a les moyens de réunir des centaines d’enfants sur une scène, c’est parce que le talent n’est pas réservé à de quelques privilégiés. Au contraire, il a été développé en chacun de ces enfants au-delà de toute espérance.

Outre l’apprentissage d’un instrument, l’éducation du talent a beaucoup d’autres avantages.

 

Les enfants peuvent débuter à un âge plus précoce (autour de 3 ou 4 ans) que celui jugé adéquat par le système traditionnel. Ils auront acquis une grande habileté à l’âge où traditionnellement on les considère prêts à débuter. Les progrès ne sont pas dictés par des objectifs déterminés à l’avance. C’est l’enfant lui-même s’il est respecté et encouragé, qui sera le générateur de progrès, ce qui lui apportera équilibre et épanouissement.

Les enfants ayant débuté très jeunes apprennent plus profondément et jouent avec plus d’aisance. Le répertoire est sans cesse joué tant à la maison qu’en cours de groupe. Cela entraîne le développement de la mémoire, une étape fondamentale dans l’épanouissement de l’esprit et l’aisance de l’expression. Dès le départ les élèves apprennent à mémoriser et reproduire des rythmes et des mélodies grâce à l’écoute. Graduellement, les pièces ainsi que le répertoire des élèves s’allongent au point que lors de concerts, ils sont capables de jouer par coeur pendant plus d’une heure. Les élèves progressent avant tout avec ce qu’ils connaissent et maîtrisent depuis longtemps, d’où leur capacité à acquérir des gestes précis.

Voici une citation du Dr Suzuki:

" L’éducation commence à la naissance. Tout comme le corps d’un nouveau-né grandit jour après jour, sa force de vie absorbe toutes les stimulations externes et gère le développement de ses capacités. Sans stimulation il n’y a pas de développement et rien ne grandit dans la négligence.

J’ai appris, après plus de quarante ans de pédagogie expérimentale, que l’aptitude n’est pas innée. Je vous demande de bien vouloir accorder de l’importance à l’éducation de votre enfant: la qualité d’un être et de son comportement dépendent en grande partie de son environnement. Nous savons tous combien il est important de cultiver des semences avec attention, mais certains parents sont inattentifs au développement de leurs enfants. Sans faire d’efforts, ils se résignent à penser: « il est né comme ça ». Je souhaite que vous ne commettiez pas les mêmes erreurs que les générations précédentes.

Songez quelques instants au fait que votre enfant s’exprime librement et aisément dans sa langue maternelle et que les enfants du monde entier arrivent à maîtriser leur propre langue. Ne développent-ils pas tous de merveilleuses aptitudes? Certainement. et ceci pas seulement dans le domaine de la langue parlée. A la suite de mes recherches sur les mécanismes d’acquisition de la langue maternelle, j’ai créé une méthode d’enseignement: « La Méthode Suzuki ». Tout comme chaque enfant a la potentialité de développer de grandes capacités avec la maîtrise de sa langue maternelle, il peut aussi le faire avec la musique. Apportez les éléments nécessaires à la bonne éducation de vos enfants. Eloignez de vous la pensée que le développement de leurs aptitudes est une simple question d’hérédité. Avec un éducateur habile et attentionné, n’importe quel enfant peut être amené à atteindre un niveau élevé.

Les enfants grandiront selon ces principes. Tout dépend de la méthode d’éducation. La même méthode peut avoir des résultats différents avec chaque enfant. mais chacun a le potentiel de développer ses aptitudes, au moins jusqu’au niveau où il maîtrise sa langue maternelle. Chaque enfant est une créature merveilleuse. un être précieux. Je vous prie de bien vouloir donner à votre enfant une chance de recevoir une bonne éducation. Je vous encourage à rechercher les meilleures manières de vous investir dans cette tâche."

                                                                                                                                                                                                              Shinichi Suzuki

Par tél :06 41 95 76 38

contact@montessorivincennes.com

166, rue Diderot 94300 Vincennes